Accueil» Ressources » Documentation » A lire : Petit précis d’histoire sociale de l’économie sociale de Jean-Philippe Milesy

A lire : Petit précis d’histoire sociale de l’économie sociale de Jean-Philippe Milesy

Quelle histoire ? Par François Bernard, gérant d’Alice cooperative et administrateur du Mouvement pour l’Economie Solidaire

Ce n’est pas un hasard si le petit précis d’histoire sociale de l’économie sociale de Jean-Philippe Milesy est paru le 25 mars, (note de la fondation Gabriel Péri), 7 jours après l’anniversaire du déclenchement de l’insurrection de la commune de Paris, le 18 mars 1870 et à l’occasion de l’appel pour la première rencontre de la plaine lancée sur le territoire de plaine Commune [1] à l’initiative de « militant-e-s d’une ESS de transformation sociale et écologique et du mouvement social, conscient-e-s d’une tradition historique commune, il s’agit de définir une autre voie, de faire entendre d’autres voix, pour prendre toute notre place dans les initiatives de résistance et de reconquête d’une opinion dominée par la « doxa » libérale ».

Les communeux de 1870 ne renieraient sûrement pas ce livre fort utile Il ne s’agit pas ici de se contenter de rappeler l’histoire mais aussi de mettre en lumière les enjeux d’aujourd’hui. Comme le rappelait Benoît Borrits sur le site http://www.autogestion.asso.fr à propos du travail de Jean Philippe Milesy , que l’on ne présente plus. Militant de l’Économie sociale - il a été secrétaire général puis président du collège coopératif, puis conseiller à la délégation interministérielle ; il est aujourd’hui délégué général de la coopérative Rencontres sociales et a publié chez Alternatives économiques, Économie sociale et mouvement syndical. Jean-Philippe Milesy a aussi travaillé à plusieurs reprises dans la presse sociale et a notamment participé à la fondation et à la vie du Monde Initiatives et coopère avec l’Humanité pour les rendez de l’économie sociale et solidaire (premier mardi du mois).

La préface de Michel Dreyfus directeur de recherches émérite au CNRS qui vient de publier, Histoire de l’économie sociale : De la Grande Guerre à nos jours [2] montre bien la complexité de la situation, il évoque l’économie sociale (l’historique) l’économie sociale et solidaire (institué par la loi de 2014) mais oublie l’économie solidaire qui depuis 40 ans est portée par des mouvements citoyens de femmes, d’écologistes et de chômeurs qui affirment concrètement aujourd’hui non pas « la fin d’une histoire, mais malgré nos deux cents ans et plus, tout au contraire le début d’une aventure humaine faite d’engagements et de désintéressement, de coopération et non de compétition, de partage et d’aspiration à l’émancipation ».

Les citoyens doivent reprendre l’initiative, le Mouvement de l’Economie Solidaire vient de le démontrer en réunissant prés de 200 personnes à Tours et l’Ile saint Denis pour agir pour le développement de la coopération économique territoriale, solidaire et citoyenne qui ne doit pas être confisqué par les entrepreneurs libéraux à la recherche d’une nouvelle légitimé.

Ce petit précis d’histoire sociale de l’économie sociale de Jean Philippe Milesy, contribue à la résistance « face à l’impasse économique, explosion des inégalités, crise écologique, crise démocratique, ce qui apparaît alors c’est que l’Utopie n’est pas de vouloir changer le le monde, l’utopie c’est de vouloir passer avec les actuelles forces dominantes des accommodements

Cet article est repris de : Quelle histoire ?