Accueil» Actualités » Actualités du MES » Après Tours, retour sur l’Acte 2 des journées nationales « PTCE et Citoyenneté »

Après Tours, retour sur l’Acte 2 des journées nationales « PTCE et Citoyenneté »

Le 28 mars à l’Ile-Saint-Denis (93), environ 80 participants (pour une quinzaine de PTCE représentés), étaient accueillis dans les locaux du Phares, Pôle d’Hospitalité des Activités à Rayonnement écologique et solidaire, où le Mouvement pour l’Economie Solidaire en partenariat avec le PTCE Le Phares, Alicecoop, Plaine Commune, les villes de l’Ile saint Denis et Saint-Denis et les membres de l’inter-réseau PTCE (RTES, COORACE, CNCRESS, Labo de l’ESS) organisait cette deuxième journée sur la thématique de la citoyenneté économique dans les Pôles Territoriaux de Coopération Economique (PTCE)

La journée a commencé par un mot d’accueil de Mohamed Gnabaly, maire de l’Ile-Saint-Denis et de Patrick Vassallo, co-organisateur des rencontres de la plaine, maire adjoint de Saint-Denis et conseiller territorial délégué à l’ESS à Plaine Commune.



Puis Bérénice Dondeyne, Présidente de l’Agence de Développement et de Promotion de l’Economie Solidaire en Occitanie et administratrice du MES, et Josette COMBES, Co présidente du MES et Présidente de NOVETAT Institut de Recherche Développement en Economie Sociale et Solidaire nous ont présenté un retour synthétique des travaux issus du premier acte de réflexions et d’échanges sur la thématique PTCE et Citoyenneté organisé deux semaines plus tôt, le 9 mars à Tours, voir retour ici


Claude Alphandéry, ancien Président et fondateur du Labo de l’ESS, a replacé dans une perspective historique l’essor des PTCE depuis leur création en 2009.

Introduit dans les 50 propositions pour changer le cap, le PTCE ils ont été repensé dans le cadre des Etats Généraux de l’ESS (2011) qui ont conduit à la création de l’inter réseaux des PTCE par le Labo de l’ESS, le Coorace, le CNCRESS et le MES, qui animeront la promotion et le développement des PTCE et déposeront la Marque, avant que les PTCE ne s’inscrivent dans la loi de l’ESS en 2014. Durant cette période leur développement sur les territoires a été accompagné par deux appels à projet national, le soutien des collectivités locales là ou les PTCE se développent et bien sur le pouvoir d’agir des citoyens, habitants, usagers, militants, sans qui ces projets ne peuvent exister. Car si un PTCE veut avoir un impact sur son territoire, il faut qu’il mobilise les citoyens.

A l’issue de cette introduction, six ateliers se sont réunis pour approfondir plusieurs thématiques :

  • Valorisation et évaluation des PTCE, co-animé par Laurent FRAISSE , chercheur à l’institut Godin, cofondateur du Labo de l’ESS, en collaboration avec Sébastien GALTIER du COORACE. L’atelier a chercher à répondre à la question : Quels enjeux et besoins de valorisation et d’évaluation des PTCE ? Évaluer la « stratégie commune et continue de mutualisation, de coopération ou de partenariat » entre les différentes parties prenantes du PTCE. Voir en quoi les projets mis en œuvre au sein du PTCE sont porteurs d’innovation sociale, ou pourrait le devenir, et en quoi ils sont porteurs d’un développement local durable, est un besoin essentiel pour les PTCE qui veulent valoriser leur utilité économique et sociale bien au-delà des indicateurs habituels. Quelles démarches expérimentées et méthodes utilisées ? Pour montrer quels résultats, effets, impacts ou plus valus pour les PTCE ? Evaluer les PTCE pour délimiter la définition, l’identité et les éléments caractéristiques des PTCE, c’est aussi un moyen de les faire reconnaître par les pouvoirs publics et par le reste de la société, …
  • PTCE, un investissement social mutualisé, co-animé par Jean Bernard KOECHLIN du pôle NOES (pôle solidaire nord ouest Essonne) et Julien MAST délégué générale E.graine , avec la participation de Jean-Claude BOUAL, président du Collectif des associations citoyennes et Hugues SIBILLE président du Labo de l’ESS : Les PTCE ont besoin de définir l’investissement dans le domaine du social et de trouver les moyens de l’évaluer : pour trouver des financements ( le crédit impôt-recherche appliqué à l’innovation sociale, coupler les fondations territoriales et les PTCE, faciliter la venue des doctorants dans les structures associatives, réorienter l’attribution de certains financements, utiliser des monnaies locales). Mais aussi pour favoriser l’inclusion des citoyens ( utiliser des acteurs tels que banques coopératives, CIGALES, comités d’entreprises, les syndicats et les conseils citoyens), enfin pour travailler sur la définition même d’un PTCE et de ses caractéristiques individuelles. L’atelier a permis d’insister sur l’importance de la co-construction entre les acteurs et sur tout l’importance de bien définir le lien entre le PTCE et son territoire pour que ses actions soient plus visibles et compréhensibles pour les citoyens...
  • Animation de lieux partagés, un levier pour mobiliser les citoyens, habitants et salariés ? co-animé par Laure FEDERICI du RTES en collaboration avec Jean Philippe ROUCHON du PTCE le PHARES et la présentation par 3 PTCE des actions et des liens développés avec les citoyens et habitants.. Dans quelle mesure l’intégration de PTCE dans des lieux permet l’intégration des citoyens, habitants, salariés dans la dynamique dans la dynamique du pôle ? Le PTCE doit avoir dans sa mission initiale le contact avec les citoyens, développer des espaces d’ouverture ( événementiels, journées portes ouvertes), Retravailler le pouvoir d’agir des citoyens, partager des responsabilités, aller au-delà de démocratie représentative.revisiter les démarches d’éducation populaire dans nos lieux ; entrée par la culture/médiation culturelle ; évaluer notre impact social….
  • Mettre en œuvre des écosystèmes citoyens de co-construction politique et de coopérations renforcées sur les territoires : quels outillages ? Co-animé par Alban COGREL de l’UFISC et Luc de LARMINAT d’OPALE. (cf PTCE culture, analyse de 4 exemples) Comment retravailler les procédures de contractualisation de l’intérêt général, sortir du marché public et co-entreprendre avec les citoyens ? La co-construction avec les acteurs des territoires et les collectivités, des enjeux citoyens est au cœur des PTCE. Les PTCE doivent rester des lieux d’expérimentation des principes de l’éducation populaire. Les citoyens doivent trouver des ressources et un intérêt dans les initiatives coopératives des Pôles et trouver leur propre légitimité dans le développement de ces activités. Cela passe par la valorisation des savoirs exponentiels et des compétences des citoyens, l’entrée en coopération nécessite la compréhension humaine de la coopération (vivre, agir et penser ensemble) avant le projet. La question de la non institutionnalisation des initiatives citoyennes pour qu’elles continuent de répondre à des besoins non satisfaits par la puissance publique et le marché, en appelant à des partenariats avec la puissance publique et le marché comme seul rapport possible. Enfin développer la logique de responsabilité citoyenne dans l’économique, les citoyens ont un rôle à jouer pour accompagner et anticiper, selon les principes de l’ESS, les mutations en cours...
  • Quels nouveaux rapports de coopération entre les entreprises regroupées en PTCE et les citoyens des territoires concernés ? co-animé par François BERNARD consultant et réalisateur d’Alicecoop et administrateur du MES avec la participation (…) de Colin LEMAITRE ex directeur du PTCE Culture et coopération. Comment on passe d’une coopération entre acteurs à une coopération avec toutes les composantes du territoire ? Le dialogue avec les collectivités publiques ne rend-il pas difficile l’arbitrage des tensions entre intérêt collectif & intérêt général ? Quelle est la place des habitants, y compris lorsqu’ils ne sont ni bénéficiaire, ni entrepreneur ? Les réponse a ces questions passe par une hybridation des lieux dans leurs usages et l’ouverture d’espaces pour permettre de travailler ces questions, de développer les liens entre innovations & expérimentations collectives, de travailler les liens entre gouvernance & propriété des communs matériels et immatériels. Les monnaies locales peuvent être un outil d’éducation populaire à la citoyenneté économique...
  • Regard européen sur les PTCE : les districts solidaires italiens et Mercado Social en Espagne, animé par Josette COMBES Novetat/MES/RIPESS, intervenant Jason NARDI représentant Solidarius Italia au Réseau International Pour l’Economie Sociale et Solidaire RIPESS Europe.

L’après-midi, retour en Plénière à la Maison des initiatives citoyennes de l’Ile st Denis


Où la déléguée interministérielle à l’ESS , Madame Odile KIRCHNER présente le projet d’animation transversale Etat/PTCE/Réseaux nationaux, proposition qui est soumise à la décision de la secrétaire d’état à l’ESS Mme Pinville...

L’enjeu pour l’État, après avoir accompagné l’émergence des PTCE avec deux appels à projets gouvernementaux, est de favoriser la consolidation des PTCE grâce à la création d’une cellule nationale d’animation. Cette cellule qui pourrait s’intituler « France PTCE », à l’instar du réseau France Clusters pour les pôles de compétitivité, déroulerait ses missions, en complémentarité avec l’action des réseaux nationaux et des PTCE eux-même autour de 4 grands axes :

  • animation du réseau (partage d’expériences, accompagnement de la R&D des pôles et au développement de projets communs),
  • développement des PTCE (appui individualisé d’expertise juridique et financière ; mise en relation qualifiée ; formations au montage de projets, à la recherche de financements européens, à la réponse aux appels d’offres…).
  • évaluation et données sur les PTCE (chiffrages, évaluations d’impact social et environnemental).
  • promotion des PTCE (communication, événementiel, relation presse pour faire connaître les PTCE auprès d’autres acteurs économiques et des élus).

« France PTCE » devrait-être porté par une structure existante retenue dans le cadre d’un appel à projet . Les membres de l’inter-réseau devraient participer à sa gouvernance, trois salariés sont envisagés. Après un soutien des pouvoirs publics au démarrage, le modèle économique de la cellule devrait reposer sur une cotisation des PTCE et la facturation de prestations utiles aux PTCE.

Voir l’article de Localtis concernant la cellule nationale d’animation des PTCE. (ici)


Que nous dit la recherche de la relation entre PTCE et citoyenneté ?
Conférence de Laurent FRAISSE de l’institut JB Godin sur l’avancée de la recherche autour de l’articulation entre PTCE et citoyenneté.
Rappelant d’abord que cette problématique n’est pas encore très travaillée par les chercheurs. Pourtant plusieurs freins expliquent la faiblesse de cette articulation. Les PTCE sont ainsi des organisations de 2ème niveau rassemblant des structures ce qui les éloignent des mobilisations citoyennes. Leur finalité est la coopération inter-économique plutôt que la promotion de l’ESS, les PTCE sont davantage pensés pour décloisonner l’ESS que pour développer la citoyenneté économique. Cependant des liens sont possibles. Les coopérations entre structures, que permettent les PTCE, amènent au croisement entre les salariés et bénévoles des différentes structures, au-delà des seuls dirigeants. Ce sont des lieux qui restent ouverts à l’extérieur et qui organisent souvent des temps d’échange. Ils articulent des activités de production avec des actions de sensibilisation. Créateur de richesse sociale il nécessite que des moyen plus important soit consacré à l’accompagnement de ces dynamiques et à leur évaluation, il est important de faire un recensement plus systématique des impacts de la citoyenneté économique dans les PTCE et sur leur territoires...

Enfin la journée c’est terminé par la table ronde : Quelle feuille de route 2017/2022 pour développer la citoyenneté économique ? réunissant les principaux réseaux partenaires MES, CNCRESS , RTES et COORACE, qui a permis a chacun de réaffirmer sa volonté de soutenir le développement des PTCE.

  • Patricia COLER, déléguée générale de l’UFISC et présidente du MES affirme que le PTCE est un espace identifié de coopération renforcé qui permet de mettre en valeur les ressources d’un territoire au service de son développement dans une logique de coopération et de vision partagé. Pour agir et se développer les PTCE ont besoin d’investir la recherche. Changer de paradigme nécessite de prendre le temps de l’analyse, il faut développer les partenariats avec les universités et les laboratoires de recherche, or on manque d’espaces et de moyens pour conduire ces recherches. Il faut également faire réseaux ensemble, pour dépasser la pensée dominante nous avons besoin de ré-articuler les différents niveaux et de revendiquer la pluridimensionnalité des PTCE qui ne doivent pas être réduits et simplifiés au seul indicateurs de leur efficacité économique sur le marché. La question des moyens insuffisant sur l’animation des pôles reste essentielle.
  • Eric FORTI President de la CRESS IDF et administrateur du CNCRESS , pointe le besoin d’analyser ce qui s’est produit depuis l’institutionnalisation des PTCE dans la loi, dont la définition a été réduite par rapport à son objectif d’origine. L’expérimentation et la recherche ne doivent pas être confisqué par une instrumentalisation de l’état, les têtes de réseaux et les pôles doivent faire preuve de vigilance politique pour préserver ce que les PTCE ont construit. Il faut continuer à définir ce que sont les PTCE, à valoriser l’impact de ce qu’ils produisent par une évaluation ouverte à la question du bien vivre ensemble. Les politiques publiques doivent s’articuler davantage entre l’état et les régions pour soutenir l’animation, la recherche et la consolidation des PTCE. Les PTCE contribuent à décloisonner l’ESS et à contaminer les acteurs économiques aux enjeux de la citoyenneté économique et de la transversalité des politiques publiques.
  • Eric BEASSE du COORACE rappelle que le COORACE porte depuis plusieurs années deux communautés apprenantes de PTCE sur le renouveau productif et l’emploi et la sécurisation des parcours professionnels. (cf site de COORACE) et alerte sur la nécessité d’avoir des moyens pour continuer à animer cette construction collective d’outils et de savoirs. Il insiste sur la nécessité que France PTCE se nourrisse et travaille avec les acquis de l’inter réseau. Enfin il déplore le manque de financements dédiés au développement de l’ESS.
  • Enfin Anne Laure Federici du RTES rappelle que le RTES a notamment réalisé, en partenariat avec l’Atelier Coopératif, un guide sur les rôles des collectivités dans les dynamiques de PTCE, actualisée à l’occasion du séminaire du 4 mai 2016 à Toulouse. Elle réaffirme l’intérêt du RTES pour les PTCE car se sont des outils de développement économique locale qui produisent pour le territoire ce qui n’est pas toujours le cas des pôles de compétitivité. Les collectivités locales souhaitent soutenir la coopération pour le développement économique des territoires. Les Pôles doivent démontrer leur capacité à créer de la richesse sociale. Il faut convaincre que le sous investissement financier et politique pour les PTCE constitue une difficulté majeur qui handicape l’accompagnement et l’évaluation des Pôles, qui doivent être en mesure de valoriser plus systématiquement leur impact sur le territoire et le rôle de la citoyenneté économique dans la production de ces impacts.

L’ambition générale est de créer une vraie communauté PTCE agile et créative, ouverte à la citoyenneté, tous sont persuadés de l’importance de structurer la communauté des PTCE au sein de l’inter réseau et de l’importance du rôle que ceux-ci doivent prendre dans la gouvernance de la cellule France PTCE, soutenus par les membres de l’inter-réseau.
.

On pourra retrouver l’ensemble des débats en plénière sur le site du MES grâce à la captation assurée par webAlice TV, un média libre membre du mouvement.

RTES Réseau des Territoires pour l’Économie Solidaire (membre du RIPESS europe) rassemble des collectivités territoriales engagées dans la promotion de l’ESS
CNCRESS Conseil National des Chambres Régionales de l’Économie Sociale et solidaire,Regroupe les réseaux de l’économie sociale et solidaire
COORACE regroupe essentiellement les entreprises et associations d’insertion par l’activité économiques
Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.